D’accro au fromage à végétalienne

Il est temps d’aborder un sujet sensible, tabou, presque intouchable: le sacro-saint fromage.

Je pense que les remarques relatives au fromage sont celles que j’entends le plus lorsque j’ai une conversation sur le véganisme avec mes proches: « Mais comment tu fais pour ne plus manger de fromage? », « Et la raclette? », « Mais le fromage, c’est trop bon! ».

Et finalement, la réflexion qui me fait le plus sourire: « Je ne pourrai jamais devenir vegan, j’aime trop le fromage »… Et vous savez pourquoi? Parce que je me rappelle avoir prononcé cette même phrase mot pour mot il y a quelques mois à peine.

 

D’accro au fromage…

Je me souviens très bien de ce moment, sans pouvoir réellement expliquer pourquoi il m’a marqué plus qu’un autre. C’était au début du mois d’avril, ou peut-être était-ce fin mars. J’habitais en Australie, à Brisbane, et j’accueillais pour quelques jours Negin, rencontrée via CouchSurfing, qui sillonnait les routes de Cairns à Melbourne. Je l’ai emmenée déjeuner chez Merriweather (si vous êtes de passage à Brisbane, c’est d’ailleurs une adresse que je vous recommande), et parmi tant d’autres choses, nous avons discuté de végétarisme et de véganisme. A l’époque, l’idée de devenir végétarienne ou végétalienne m’effleurait à peine l’esprit. Ma prise de conscience n’avait pas encore eu lieu.

Et je me rappelle de cet instant précis. Je me vois encore, face à mon toast avocat-champignons-halloumi, dire en souriant « Je ne pourrai jamais devenir vegan, j’aime trop le fromage ».

Et pourtant. Comme dirait ma maman, « ne jamais dire jamais ».

Rappelons un peu le contexte, voulez-vous. J’ai vu le jour dans cette contrée qui à l’époque portait encore le nom de Nord Pas-de-Calais. Née en Flandre et élevée en Artois, j’ai grandi au cœur de ces terres embaumées par les effluves de la tarte au Maroilles et du cheddar fondant des Welsh. Je me suis délectée des années durant de coquillettes au parmesan, de pesto, de salades estivales tomate-mozza, de raclettes et de toasts de chèvre chaud. Bref, j’étais la dernière à penser que l’on puisse vivre sans cet aliment longtemps synonyme à mes yeux de patrimoine et de plaisir. Et pourtant. Du jour au lendemain, je n’ai plus mangé un seul morceau de fromage.

 

… A végétalienne

Cela fait tout juste cinq mois. Lorsque je suis devenue végétalienne, je pensais devoir tirer un trait définitif sur le goût du fromage. Mais bon, cela ne pesait pas bien lourd face à la souffrance subie par les vaches laitières. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il est en réalité tout à fait possible de manger du fromage en étant vegan (la vie est pleine de surprises, n’est-ce pas?) ! Bien entendu, pas du fromage comme on le conçoit encore en général dans notre société. Il faut accepter que la texture et le goût soient légèrement différents – et par différents, je n’entends pas forcément « moins bons ». Juste différents. Et encore, certaines recettes de fromages végétaux ont une saveur très ressemblante à celle des fromages d’origine animale!

A première vue, on pourrait croire que le fromage végétal (appelé aussi « faux-mage ») n’est qu’un substitut industriel bourré d’additifs et d’exhausteurs de goût nécessaires pour imiter la véritable saveur du fromage au lait animal. Tout du moins, c’est ce que je pensais au début. Je m’imaginais quelque chose de bien chimique fabriqué en laboratoire à base d’huile de palme, comme les fameuses « préparations fromagères » des pizzas surgelées

…Eh bien non! (je vous le dis, on va de surprise en surprise aujourd’hui). Il est tout à fait possible de fabriquer votre propre fromage végétal, avec uniquement des ingrédients naturels et bio, et c’est même super-super simple. Et super-super bon. Et garanti sans cruauté envers les animaux. Alors, pourquoi s’en passer? Si ce n’est pas encore fait, je vous invite à tester 🙂 En cuisine, il faut savoir être curieux!

Besoin d’inspiration? En fouillant le net, vous verrez qu’il existe un très grand nombre de recettes possibles, bien souvent personnalisables selon les goûts. Marie Laforêt a écrit un livre de recettes entièrement consacré aux fromages végétaux. Dans cet article, je vous expliquais comment réaliser du parmesan vegan. Enfin, le fromage sur la photo ci-dessous est inspiré de la recette de fromage rôti du blog d’Antigone XXI. Bon ok, niveau esthétique, je vous l’accorde, mon fromage ne donne pas trop envie. Mais je vous assure qu’il est super bon!

Et finalement, en y réfléchissant, je me rends compte qu’il ne m’arrive que très rarement de cuisiner du fromage végétal. Car le goût du fromage ne me manque pas plus que ça. C’est devenu un plaisir occasionnel, beaucoup plus appréciable. Aucun aliment n’est irremplaçable ou indispensable du point de vue gustatif. Il faut simplement garder à l’esprit que le régime végétalien n’est pas synonyme de privations, mais bien au contraire une fenêtre ouverte sur un univers infini de compassion et de création.

Bonnes aventures fromagères 🙂 ♥

Vegan roasted cheese